7 février 2013

774. Angoisse mallarméenne

*

Je ne viens pas m'asseoir comme un corps bête,
envachissante pensée d'un peuple jadis à genoux,
en qui vivent les péchés imachinés et réminescents,
sous l'incurable ennui d'un dimanche encore à passer :
  
je demande à mon bouffon le lourd sommeil sans songes,
planant sous les rideaux inconnus fantômisés et retords,
et que je peux goûter après les noirs de vers mensonges,

car la poésie sur le néant en sait plus que les morts :

mon Vice est de ne pas avoir de native faute,
je suis libre et je suis comme toi marquée de la stérilité,
mais mon sein de pierre est habité par l'Autre,

qui construit mon édificile, brick by boring brick,
je fuis par le dedans, pâle, défaite, hantée par ce bâtiment,  
ayant peur de mourir lorsque je couche seule.


*

Aucun commentaire:

Publier un commentaire